Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antoine Lacroix

Antoine Lacroix

Blog de réflexions sur les problèmes de société


Climat : quand on s'habitue au pire

Publié par Antoine Lacroix sur 25 Juin 2015, 08:32am

Catégories : #Climat, #Organisation, #Règles

Celui qui annonce la fin du monde n'est jamais cru. Quand on se pose la question de savoir si la difficulté va arriver, il est déjà trop tard parce que le débat porte sur la catastrophe. Quand le débat porte sur les conditions de survenance, on a encore une chance.

Quand l'état d'Israel est créé en 1948, par-dessus les droits des palestiniens, les problèmes actuels sont annoncés parce qu'en habillant Pierre on dépouille Paul.

Pour le climat, on a assisté au même processus d'avertissement oublié. Dans les années 70 les écologistes ont averti longtemps avant tout le monde que l'on marchait sur la tête. Mais c'étaient des marginaux en rupture avec la société. Maintenant des gens comme Pierre Rabhi passent à la télé non pas comme des animaux de foire mais comme des exemples à suivre. A cette époque ils ont décidé de vivre contre leur bonheur, mangé des cailloux.

Des inuits du Groenland ont  porté plainte contre les Etats-Unis, il y a quelques années déjà, en 2005 parce que leurs villages disparaissaient à cause du réchauffement climatique. Les Etats-Unis, état paranoïaque, ne faisaient pas partie des organismes de lutte contre le réchauffement climatique car dans leur esprit ils sont noyautés par les ennemis de l'Amérique.   Les choses ont un peu changé avec Obama et depuis le sommet sino-américain de Les détracteurs du réchauffement climatique parlent eux de changement climatique dans lequel l'homme ne serait pour rien. Il y a ici plus qu'un simple problème de sémantique. La responsabilité de l'homme est en question dans un cas mais pas dans l'autre. D'un côté l'homme est responsable alors décide de changer, de l'autre l'homme n'est pas responsable alors cela ne sert à rien de changer notre mode de vie. La mort des plus faibles,  des plus exposés viendra réaffirmer les règles de bon sens. L'incohérence se résoud par le sacrifice, par le grand ménage.  

 

Comment l'aviation organise-t-elle sa sécurité ?

L'avion est le moyen de transport le plus sûr par voyageur transporté. Les pièces des avions sont changées, à date limite comme une plaquette de beurre, avant qu'elles ne tombent en panne. La question de la panne n'est pas posée, la question posée est celle de la maintenance. L'organisme, l'ICAO, pose la règle et la fait respecter. La question n'est donc pas finalement une affaire d'accord  sur la nature des règles de sécurité mais sur qui a le pouvoir d'édicter la règle et de la faire respecter.

S'il n'y a pas transfert de souveraineté de l'Etat vers l'Onu ou autre organisme supranational en matière d'environnement, il n'y aura  de changement que sous la contrainte, la catastrophe, et dans les pays pollueurs, Chine, Etats-Unis en tête. 

 

Smog Chinois

Smog Chinois

Courbe du ratio du nombre de tornades F0 (dégâts les plus légers) aux Etats-Unis entre 1950 et 2014 sur le nombre total de tornades.

Courbe du ratio du nombre de tornades F0 (dégâts les plus légers) aux Etats-Unis entre 1950 et 2014 sur le nombre total de tornades.

En matière d'environnement quand personne ne fait la loi, on s'habitue au pire.

Une citation pour aller plus loin :

La normalisation sociale de la déviance signifie que les gens au sein d’une organisation deviennent tellement habitués à des comportements déviants qu’ils ne les considèrent plus comme déviants, malgré le fait qu’ils outrepassent largement leurs propres règles de sécurité élémentaire.

Diane Vaughan : The Challenger launch decision, 1997

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents