Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antoine Lacroix

Antoine Lacroix

Blog de réflexions sur les problèmes de société


Immigration et corruption

Publié par Antoine Lacroix sur 27 Septembre 2014, 11:13am

Catégories : #Omar Ba, #Afrique, #Immigration, #corruption

Résumé : Le thème de l'immigration est lié à la celui de la violence et à celui de l'absence de contrôle des élites par . Nous constatons l'arrivée sur nos côtes de Méditérranée et dans nos rues, de nombreux immigrants dont s'occupent les bénévoles, des associations et les travailleurs sociaux. Nos démocraties plurielles fournissent à la fois des ONG et des armes et contribuent ainsi à jeter à la mer ces réfugiés qu'elles prennent finalement en charge bouclant la boucle. Nos besoins, le maintien de notre niveau de vie, de notre confort sont assurés par des multinationales occidentales liées au pétrole, à l'armement, aux minerais, accueillies par des dirigeants africains corrompus qui financent les campagnes éléctorales de certains de nos élus. L'immigration qui meurt en méditérannée est essentiellement le fruit d'activités inavouables dans lesquelles les démocraties ont leur part. La question de l'immigration notamment africaine nous amène à nous interroger sur les relations entre corrompu et corrupteur dans nos institutions et à la spécificité de la corruption française qui touche surtout les élites politiques.

 

   **************

Le thème de l'immigration en France relève d'un état d'esprit, d'une culture liée à notre histoire, de méconnaissances autorisant des préjugés. Aidons nous de ce que dit Omar Ba. 

Omar Ba est sénégalais, il a fait des études de sociologie en France et il écrit des bouquins sur l'émigration du Sud vers le Nord dont il essaie de dissuader les Africains. Ces pauvres Africains, toujours étrangers à leur sort, incapables de liberté par la force des puissants. Ils ont perdu jusqu'à l'idée de pouvoir se développer par leurs propres ressources. Pour un peu cet Omar Ba nous dirait presque que Marine Lepen a raison. Retournez au pays les gars !

Quelqu'un m'a dit que ces Africains  n'étaient pas rentrés dans l'histoire.  Mais de quelle histoire veut-il parler, l'histoire du développement économique occidental sur le dos des pays les moins techniquement avancés ? Mais être techniquement avancé n'est pas un gage de rentrée dans l'histoire. Si l'histoire dans laquelle il veut faire rentrer les Africains est celle là, il y sont rentrés de plein pied et en beauté au Rwanda et même qu'on les y a aidés nous les Français : des armes qui ont servi à tuer les Tutsies étaient fournies par la France. Il n'y a pas eu que la machette. De quelle histoire veut-il parler ? Avant la seconde guerre mondiale, des entreprises américaines commerçaient avec l'Allemagne. Les Etats-unis sont rentrés en guerre en 1941. Entre 1939 et 1941 les Allemands et les Américains sont encore partenaires commerciaux. Henri Ford a  influencé Hitler dans l'organisation de la destruction des juifs. Les questions qui se posent sont techniques : la taille des bâtiments, les transports, l'utilisation du gaz, la question des fournisseurs, des partenaires industriels dans l'effort de guerre avec la main d'oeuvre juive au prix le plus faible. L'histoire occidentale n'est pas celle de l'Afrique et elle n'est pas forcément moralement exportable.  L'Afrique n'est pas rentrée dans son histoire parce qu'elle lui a été volée, c'est cela que Guaino aurait du écrire. 

Cet Omar Ba, je le définis par sa couleur, il est noir dans un pays de blancs, majoritairement. Il existe encore des petits patelins en France où lorsque un noir marche sur le trottoir, il attire l'attention. On utilise une périphrase maintenant pour désigner les noirs, ce sont des renois, des black, des personnes de couleur, alors que je suis blanc par opposition aux noirs sinon je serais teint cuivré, ou autre. Il arrive, nous les blancs que l'on se définisse par la couleur, c'est notre société, notre culture qui valorise le blanc au détriment du noir, la couleur de la peur, de l'enfer, de la crasse, de la bêtise, de la dégénérescence du blanc vers le noir. Le blanc est la couleur de la pureté évangélique, du bien alors que le noir est la couleur du mal et par extension de l'animalité, et à des sans-voix.

Ma définition sociologique dit que je suis de type caucasien. Un noir est une personne de type africain. Je vais m'en tenir là comme dénomination, on n'est plus au temps de Joséphine Baker et de ses affiches pour sa revue "nègre"  sur les colonnes Morris en 1925. On ne peut plus définir l'homme venant d'Afrique par sa couleur ni aucun homme d'ailleurs car cette caractérisation vient de l'homme dominant, l'européen, blanc et chrétien, supérieur de droit divin mais aussi parce que l'utilisation de la couleur fille de la différenciation  par la race est une catégorisation moridonde. L'avion, le bâteau, les moyens de transport, les échanges internationaux, les mariages mixtes rendent inopérante la différenciation par la race. Cette idée est obsolète. Utiliser la  morale pour lutter contre le racisme tend à devenir inefficace face à la force de la logique contre laquelle personne ne peut rien sauf à passer pour un imbécile. La question ne porte plus sur la pertinence de la race comme argument mais sur la manière dont les personnes vont être amenées à réfléchir. Le raciste est devenu un imbécile. Les différences de couleurs de peau, de morphologie, de physiologie, supports  de l'idée de race  ont de moins en moins de réalité perceptible au profit des différences culturelles et sociales. 

Immigration et corruption

Que fait donc cet étranger à la peau marron sur le trottoir dans ce patelin de campagne ? On ne pensera pas d'emblée qu'il est expert comptable ayant fini sa certification de compte dans la PME du coin et ayant garé son audi A quelque chose un peu plus loin. Il va acheter des cigarettes au bar tabac du village. Je pense d'emblée quand je le vois marcher sur le trottoir qu'il occupe un des logements sociaux construits récemment en marge du lotissement et lui même en marge du village. Pour moi, il vit des allocations et est le père de 6 enfants. 

Un préjugé est une idée toute faite sur quelqu'un,  le préjugé attribue des défauts à une personne en fonction de son appartenance à un groupe. C'est une négation de l'individu dans sa singularité. Un préjugé n'est pas forcément négatif. Il faut pour cela le dépouiller de sa connation morale, le comprendre comme le résultat d'une anticipation, un travail cognitif d'évaluation d'un contexte et des éléments dans ce contexte. Mais lorsque j'évalue une personne, ses vêtements, cela peut s'inscrire dans une démarche professionnelle destinée à  évaluer par exemple des personnes dormant dans la rue et  pour adapter mes attitudes vis à vis d'elles. Un préjugé peut être une compétence, le fruit d'une recherche d'efficacité bien compréhensible par ailleurs. Quand on est formé dans un type d'école et d'idéologie on est bourré de préjugés dont l'acquisition est validée par un diplôme : notre méthode, notre optique, les profs que l'on a eu, le formatage que l'on a subi. Mon activité d'évaluation est moralisée quand il s'agit d'être humain car mon attitude peut être vexatoire, provoquer un désagrément chez la personne, atteindre son identité. Quand je regarde Omar Ba, quand je le lis, je dois d'abord penser à me défaire de cet habillage culturel qui entoure la condition sociale de beaucoup de personnes immigrées originaires d'Afrique sub-saharienne. Ce sont ces idées là qui me viennent à l'esprit parce que je le cerne, je l'envisage sous un angle qui correspond à une réalité sociale : celle de la pauvreté, de la violence, celle de la sur-représentation des jeunes d'origine africaine dans les prisons françaises. Certains sont enfermés pour des actes extrêmement violents, des actes de barbarie comme ceux qui ont tué Ilan Halimi, des actes de barbarie, une marque de fabrique de toute l'Afrique et de toute évidence peut-on entendre parfois. De là à penser que les Africains régulent leur population par les génocides, il n'y a qu'un pas. Laissons les se tuer. Ca fait plus de place pour les autres. Ebola en rajoute un peu, Laissons le faire. Une vie de noir ne vaut pas une vie de blanc. Le sérum expérimental c'est pour les occidentaux, blancs de préférence. On peut questionner l'éthique l'OMS dans son approche des médecins africains malades du virus. Sont-ils considérés comme morts une fois atteints du virus ? Les préjugés sont bâtis sur le sentiment qu'il existe des êtres humains dont la vie vaut moins qu'une autre.

Photo d'Omar Ba Source Wikipédia

Photo d'Omar Ba Source Wikipédia

Omar Ba écrit dans "Je suis venu, j'ai vu, je n'y crois plus" que pour lui, la vie en France n'est pas enviable pour un immigré africain. Il critique notre mentalité de malades en puissance et il fustige ce discours ambiant en Afrique tenu dès l'école, que l'avenir des Africains est dans l'émigration vers Europe.

Malheureusement, les parcours d'immigrations sont  jonchés de cadavres. Les Africains qui meurent dans les bateaux ne sont pas toujours des  miséreux mais des personnes qui ont assez de revenus pour payer les passeurs. Les miséreux restent sur place. Un médecin sur cinq,  une fois formé dans les universités d'Afrique part travailler en Europe faisant de l'immigration choisie un dépouillement organisé des ressources africaines. Les médecins français partent soigner les africains et les médecins africains partent en France, assez bon pour travailler comme un médecin français (sous le statut Padhue -article de 2006 qui montre que la situation n'a pas fondamentalement changé) mais pas assez bon pour être payés comme un médecin français.Usés par leur vie de misère en Europe, certains  clandestins africains n'attendent que d'être expulsés vers leur pays d'origine. Ils échappent ainsi à la honte de ceux qui rentrent au pays sans avoir réussi et ils n'ont plus à vivre en paria clandestin en France. Ils croisent ceux qui partent encore vers chez nous.

Ceux qui partent de leur pays sont  chassés par les dictatures avec lesquelles travaillent les grandes sociétés occidentales. La France continue à aider des pays que leurs habitants fuient non pas à cause de la pauvreté mais à cause des guerres et des dictatures comme dans la corne de l'Est de l'Afrique, autour de l'Ethiopie, Somalie, Erythrée, Egypte, Soudan, Djibouti, des pays de l'Afrique sub-saharienne, comme le Togo, la Côte d'ivoire, le Tchad, le Niger, le Mali. Que devient cette aide ? Une partie de l'aide internationale est instrumentalisée par des chefs de guerre qui n'ont rien à faire de leur population, qui pillent les ressources géologiques de leurs propres térritoires à des fins d'enrichissement personnel et qui savent très bien que le sort des populations va émouvoir les démocraties lesquelles vont suppléer au manque de nourriture et de médicaments. 

Carte de la corruption en Afrique du site http://goodmorningafrika.blogspot.fr/2010/08/les-pires-pays-du-monde-sont-en-afrique.html

Carte de la corruption en Afrique du site http://goodmorningafrika.blogspot.fr/2010/08/les-pires-pays-du-monde-sont-en-afrique.html

Eva Joly promettait en 2012 de s'occuper des chef d'états africains suspectés d'être arrosés par de gros groupes français qui en retour financaient les campagnes éléctorales des candidats. 

la France aide des pays africains avec l'argent public, ces dictateurs ont des comptes secrets offshore ou en Suisse,  détournent l'aide à des fins personnelles, choisissent des entreprises françaises pour faire des affaires qui financent les campagnes des élus de droite et de gauche. La corruption de nos élus se fait sur notre dos et de ceux des Africains. Peut-être que cela se fait moins maintenant depuis que des juges ont en pris la main dans le sac comme Sirven, Le Floch-Prigent, Chirac a été condamné,mais dans les années 90, la françafrique tournait à plein et beaucoup de gens s'en sont  mis plein les poches grâce aux impôts des contribuables.

Cartes du site Buzzle.org  et les-raisons-de-la-faim-en-as.e-monsite.com/
Cartes du site Buzzle.org  et les-raisons-de-la-faim-en-as.e-monsite.com/

Cartes du site Buzzle.org et les-raisons-de-la-faim-en-as.e-monsite.com/

Les dictateurs spolient leur peuple en vendant les ressources de leur pays aux multinationales qui rentrent dans le jeu de la corruption pour remplir nos assiettes, chauffer nos maisons, nos réservoirs au meilleur prix. L'argent de la corruption sert les velléités de puissance des dictateurs et encourage les conflits. L'argent du contribuable français sert à financer des dictateurs qui font élire les plus corrompus en France. L'argent des blancs est blanchi par les noirs. 

 Sur la  carte ci dessus, on s'aperçoit que pratiquement toute l'Afrique vit dans la guerre.  les pays producteurs d'armes sont bien contents de vendre.

Qui vend des armes selon Amnesty international ?

La vente d'armes dans le monde est encadrée par  le traité du commerce des armes signé par 115 pays dans le monde et en cours de ratification. Il faut donc considérer d"un côté la vente légale d'armes et de l'autre, le trafic d'armes.

Le rôle de la Chine dans les relations internationales suit la même progression que sa croissance économique, elle a posé des jalons notamment en Afrique dans les années soixante et est devenue incontournable partout sur ce continent, peu regardante sur les vertus des responsables des pays avec lesquels elle traite. Pour elle la fin justifie les moyens.

La  Chine fournit des armes en  Afrique et hors Afrique :

l'Algérie, l'Angola, le Bangladesh, l'Égypte, la Guinée, l'Indonésie, l'Irak, l'Iran, la Jordanie, le Kenya, la Libye, le Myanmar, le Pakistan, la République démocratique du Congo, le Sri Lanka, le Soudan et le Zimbabwe.

La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni sont régulièrement classés troisième, quatrième ou cinquième exportateurs mondiaux d'armes classiques en valeur.

La Russie est le second plus gros exportateur d'armes en valeur au niveau mondial  

Les États-Unis sont, de loin, le plus gros exportateur d'armes au monde ; ils sont à l'origine d'environ 30 % des transferts d'armes classiques. 

Les Etat-unis ne veulent pas être contraints en général par d'autres règlements  que les leurs. Ils ne reconnaissent pas la cour pénale internationale de la Haye, ne s'impliquent pas à la hauteur d'autres démocraties dans les traités sur les armements même quand les risques sont susceptibles de toucher des pays, des dictatures dont les populations sont exposées. (Nous devrions réfléchir à la manière dont les Etats-Unis sont une démocratie sur leur territoire et une dictature en dehors. Ils ne s'intéressent au monde que dans un rapport de domination pour préserver leur mode de vie. Je disais ça en passant.(:o))

Mais le gros problème en Afrique semble plutôt venir des trafic d'armes avec des pays producteurs qui vendent sous le manteau comme l'Iran, interdit d'exportation depuis 2007 mais qui alimente le trafic porté par une logique anti-occidentale sur fond d'islamisme et d'homophobie. La manière de vivre sa sexualité selon que l'on est Gabonais, Congolais,etc... ou Européen est une cause de divergence grave entre le Sud et le Nord. Les évèques africains se demandent où va la curie romaine. 

Quoi qu'il en soit, on ne peut à la fois se plaindre de l'immigration illégale et être producteur d'armes puisque que l'un contribue à l'autre. La contribution citoyenne des occidentaux sert à financer les marchands d'armes des dictatures, ensuite les bénévoles s'occupent de recueillir les immigrés dans les rues ou dans le nord de la France en partance pour l'Angleterre. Y-a-il des marchands d'armes occidentaux dans la corne de l'Est de l'Afrique ? Peut-être que des militaires français ont été tués au Mali à cause d'armes que la France avait vendues à la Lybie et qui se sont retrouvées en libre circulation. C'est l'histoire du  pompier pyromane.Les pays occidentaux n'interviennent que lorsque les morts commencent à faire un tas suffisamment gros pour que les opinions publiques s'en émeuvent sinon tout reste secret et personne ne bouge.

Le cas du marchand d'arme Viktor Bout est significatif de la manière dont fonctionnent nos démocraties. Certaines composantes de nos démocraties travaillent les unes contre les autres. Ainsi ce marchand d'arme était utilisé par le ministère de la défense américain pour transporter du matériel discrètement pendant qu'il était recherché par leur ministère de la justice. Nos états sont tiraillés entre des opérations transparentes que réclament les opinions publiques et des opérations qui ont certaines caractéristiques des activités criminelles, c'est à dire le secret, l'opacité. Quand est sorti Armadillo le documentaire de Janus Metz sur le travail des soldats Danois en Afghanistan, la guerre vue de l'intérieur avec ses atrocités n'a pas trop plu au citoyen danois qui a demandé le retrait de ses soldats d'Afghanistan. Quand notre main droite voit ce que fait notre main gauche, on commence à se poser des questions.  Les barbares c'est nous quand on ne demande pas de comptes à nos dirigeants.

Rajout du 27/09/2014

Omar Ba a fait oeuvre de fiction sous couvert de documentaire, on lui reproche cette forfaiture. Cela ne me gène pas parce qu'il retranscrit des faits vécus par d'autres. Les livres échappent à leur auteur pour constituer un objet doté d'une vie propre, interprété par un autre, le lecteur qui va devenir lui aussi créateur. Il va en parler aux amis et peut-être complètement déformer le propos de l'auteur du livre mais ce qui sera vrai dans l'esprit du public ce sera une interprétation. Omar Ba est l' interprètre de son propre vécu.  Dans toute oeuvre il y a une part d'irrationnel de falsification, de petits ou de gros arrangements avec la réalité même dans un rapport d'expérience scientifique.

Rajout du 30/09/2014

Eva Joly est norvégienne et française, travaille beaucoup en France et un peu en Norvège comme conseiller du gouvernement norvégien dans la lutte contre la corruption. Autant dire qu'en France elle a beaucoup appris. Elle peut envoyer des hommes puissants en prison parce qu'elle est norvégienne. extérieure à la France. Son accent l'exonère de la  suspicion d'appartenir à tel ou tel parti ou famille d'intérêt. De là à dire que notre salut viendra de l'extérieur, il n'y a qu'un pas. Comment se fait-il que notre réflexion sur ce que nous sommes soit à ce point bloquée ?

Sur la corruption

Si on veut que les immigrants restent dans le pays où ils sont nés, un des moyens est de lutter contre la corruption.

Il est intéressant en France de voir comment des juges normalement soumis au devoir de réserve quittent leur fonction et rentrent en politique, le juge Halfen, le juge Jean-Pierre, Eva Joly, sa collègue Laurence Vichnievski, Philippe Bilger, (si si il fait de la politique, il va même chez Bourdin) leur métier de juge n'est donc pas suffisant pour contrôler le pouvoir politique.   Il n'y a pas que des corrompus au pouvoir mais comme pour le cyclisme ce sont les moins honnêtes qui gagnent. L'effet pervers des manquements de la classe politique est que pour faire justice, le système judiciaire rentre sur le terrain politique. Des juges en sortent et rentrent en politique.

Et à l'inverse des juges politisent la justice. La frontière entre l'exécutif et le judicaire devient poreuse. La séparation des pouvoirs devient une vue de l'esprit car dépassée par les collusions, les réseaux. Les décisions qui comptent se prennent en cachette, dans le secret. Ce qui est montré est faux. Les régles autrefois souples et efficaces sont devenues trop lâches et permissives. Des règles souples doivent être étayées par la morale, une disposition intérieure qui limite l'action dans un cadre établi. La morale est maintenant un mot qui fait sourire autrefois porté en amont par les religieux maintenant en aval par les techniciens de l'âme et de la santé. Nous sommes passés du préventif au curatif avec les couts que cela a engendré. Le passage d'un rôle à un autre est trop facile et engendre des dysfonctionnements dans notre démocratie. Le mur des cons a été exploité comme une  atteinte intolérable à la démocratie. Tout le monde à droite s'en est offusqué surfant sur le risque de gouvernement des juges alors que la part du budget de la justice en France dans le PIB est un des plus faibles d'Europe. J'admets que cela ne veut pas dire grand chose : je ne vois pas la mafia s'implanter en Norvège ou au Danemark. Le budget de la Justice doit être suffisant pour permettre de résoudre les problèmes dans un pays donné avec sa culture, ses mentalités. La comparaison par les chiffres atteint ses limites dans une Europe aussi disparâtre.

Le commerce prend sa part dans la corruption avec le lobbying. Le lobbying n'est pas une spécialité française mais plutôt anglosaxonne.

La spécificité française tient dans le respect du peuple pour les élites. 

Le sociologue Pierre Lascoumes rappelle que depuis très longtemps les manquements à la probité de la classe politique sont constatés mais restent impunis. Il cite un  livre de 1904 Shame in the cities qui mettait en exergue ce paradoxe de la corruption impunie des élites dans les grandes villes américaines grâce à la complicité des citoyens.

Commenter cet article

Tietie007 20/11/2016 08:20

Beaucoup d'anti-système de droite et de gauche n'ont pas changé leur logiciel, et voit toujours le grand Satan dans les USA ...il devrait regarder vers la Chine, futur géant du 21eme siècle et peu regardant sur les droits de l'homme, encore moins que les ricains.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents