Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antoine Lacroix

Antoine Lacroix

Blog de réflexions sur les problèmes de société


L'entretien annuel

Publié par Antoine Lacroix sur 1 Août 2014, 16:21pm

- Bonjour Monsieur Alberti.

- Bonjour Madame.

- Je vous en prie. 

Bien élevé j'ai attendu qu'elle me propose un siège. J'ai les mains moites. 

- Je commence ? Ou c'est vous ?

- Ben...

- Vous devez avoir l'habitude, cela fait votre dixième entretien.

- Euh non. c'est le premier. 

- J'ai votre fiche sous les yeux. 

- Le précédent DRH ne nous recevait pas, il se déplaçait, venait dans les ateliers et entre deux portes, devant la machine à café, on discutait trois minutes, la femme, les enfants. Bon ça va vous vous sentez bien dans la boîte ? Et puis voilà. C'était toute l'année les entretiens annuels j'ai l'impression. 

- Cela a son charme comme méthode. Vous en pensez quoi ?

- Moi ça me convient. Parce que le bureau...enfin vous comprenez...Je suis assez anxieux de nature.

- Vous n'êtes pas anxieux, vous êtes perfectioniste.

- C'est un peu pareil.

- Je ne sais pas comment vous faites, il y a  un taux de panne insignifiant dans votre atelier par rapport à celui de...., par rapport à d'autres. Le ratio est de 3 pour un. Vous n'avez pas à être anxieux. Tout roule dans votre job.

- Je ne sais pas trop comment je fais. Le directeur de production est venu voir avec Mathieu pour comprendre...

-Mathieu comment ?

-De l'audit. Pour comprendre les chiffres. Personne n'a trouvé la recette. Ca tient dans les hommes, je pense. Et  les gens quoi.  J'anticipe beaucoup, je répare quand tout va bien et non quand tout va mal. Ce n'est pas facile à demander, de passer du temps sur ce qui fonctionne.

- De quoi avez vous parlé l'année dernière avec l'ancien DRH, vous vous en souvenez ?

- Comme je vous dis, il n'y avait pas d'entretien bien précis

- Ah pardon. Il va falloir que je m'y fasse. Vous avez des souhaits pour cette année ? Enfin pour les jours qui viennent. 

- Je vais me mettre au golf, j'ai toujours rêvé de ça. 

- Et concernant votre travail ?

- Excusez-moi, l'entretien dure combien de temps ?

- On s'est mis d'accord avec le CHSCT pour une heure environ.

- Ah c'est long.

- Il faut bien ça, sinon ça ne sert à rien. J'aurais préféré une heure et demie. 

- Une heure et demie !

- Alors vous avez un souhait, une idée concernant votre travail. Vous ne voulez pas gagner plus ?

- Si, bien sûr comme tout le monde.

- J'ai vraiment l'impression de ramer avec vous. 

- Je préfère le golf.

- Mais vous êtes infernal. Venez, je vous paie un café. 

On sort du bureau. Devant la machine à café.

- Vous savez, l'ancien DRH, qui  est parti en retraite, il savait de quoi il parlait à for...

- Dites que je suis nulle, trop jeune... peut-être ?

- Vous fâchez pas. On prend un café, c'est déjà un progrès.

- Je vais vous dire le fond de ma pensée : tout employé de cette entreprise doit se poser la question de comment générer plus de profit. Voilà l'objet de mon entretien et voilà ma mission. Si vous êtes compétent vous devez faire en sorte que cette compétence profite à l'entreprise. 

- Je ne suis pas quelqu'un d'ambitieux. Enfin, je n'ai pas cette ambition là. Je passe du temps avec mes enfants, je fais mon jardin à la maison, je vais à la pêche le dimanche. Voilà c'est tout. L'ambition c'est des heures de travail non payées. C'est pas pour moi.

- Vous avez une drôle conception de la vie. Moi je pense qu'on doit toujours faire le maximum. 

- Ah mais moi aussi. Mais le maximum de quoi ?

- Le maximum pour son développement personnel, pour soi. Bien gagner sa vie. 

- En gros, vous me proposez de passer au forfait et aux astreintes pour encadrer les ateliers. Je préfère monter une baraque à frite sur la nationale si j'ai besoin d'argent.

- Combien vous voulez, dites nous votre prix. On verra bien.

- 6000 € par mois. 10 000 !

- Vous vous croyez drôle ?

- Monsieur Jameau a déjà essayé l'année dernière. Il m'a proposé une bonne augmentation. J'étais intéressé evidemment mais les conditions ne me conviennent pas.

- On est obligé de faire comme pour vos collègues sinon c'est la zizanie, les jalousies. Bon on va en rester là...

- Je vous dois un café.

La phrase arrive dans son dos. 

Le lendemain dans le bureau de l'assistante de direction. La DRH a fait son compte rendu. Le directeur est agacé.

- C'est quoi ces employés compliqué ? J'ai du mal à comprendre sa logique. On te propose une promotion, tu réfléchis pas, tu fonces. 

- On ne peut pas lui arranger un statut à part ?

- Vous savez bien que j'ai les syndiqués qui n'attendent que ce genre d'erreur pour nous causer des problèmes.

- Moi aussi je suis syndiquée. 

- Ma DRH est une gauchiste, on aura tout vu.

- J'ai dit syndiquée, ce n'est pas une tare quand même. 

- Vous auriez pu me le dire quand je vous ai embauchée. 

- Bon pour Alberti, on fait quoi ?

- J'ai bien envie de le pousser un peu. Il va peut-être se décoincer. Je ne vais pas embaucher alors que j'ai tout sur place. On fait monter l'adjoint  et lui il prend l'ensemble. Et s'il n'est pas content, personne n'est irremplaçable comme on dit. Mise en place au premier janvier. Janine appelez son adjoint s'il vous plait !

La secrétaire de direction, Janine,appele l'adjoint de Monsieur Alberti, Alain Moriceau. 

-Monsieur Moriceau, vous pourrez monter quand vous aurez un moment ?

- Qu'est-ce qui se passe ?J'ai fait une boulette ?

- Monsieur Jameau voudrait vous voir !

Alain Moriceau marmonne dans sa barbe, ça sent les problèmes quand on va voir le patron. 

- Bonjour Alain, vous allez bien ?

- Bonjour Monsieur.

- Votre chef d'atelier change d'affectation et j'ai besoin de vous pour prendre sa place. Ca vous convient ? Mise en place au 1er janvier. Je vous augmente de 3% réévaluables à la fin de la première année. Monsieur Alberti prend en charge la maintenance des ateliers

-Merci Monsieur, je suis content pour Monsieur Alberti. J'ai un jeune qui m'ira très bien comme adjoint. 

- J'ai décidé de resserer les effectifs et de supprimer les adjoints au coup par coup. 

- Ca va être chaud pour moi. 

-C'est comme ça. Je vous remercie. 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents