Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Antoine Lacroix

Antoine Lacroix

Blog de réflexions sur les problèmes de société


Les émotions de Mélanchon

Publié par Antoine Lacroix sur 25 Juillet 2014, 10:56am

Jean Luc Mélenchon, Photo C'est-à-dire et  sans-langue-de-bois.eklablog.fr

Jean Luc Mélenchon, Photo C'est-à-dire et sans-langue-de-bois.eklablog.fr

Après avoir tant et tant combattu pour s'en retrouver là, il y a de quoi avoir la gorge nouée. La video est ici Jean Luc Mélenchon s'est retrouvé dans cette situation après le faible score de la gauche aux dernières élections et surtout l'arrivée en tête du FN. Je me suis rendu sur son site récemment, ma conclusion a laquelle doivent arriver beaucoup de personnes depuis si longtemps : il faudra bien qu'un jour au Front de Gauche, au PC, ils se prennent la tête entre les mains imitant la statue de Rodin et se mettent vraiment à réfléchir pour savoir pourquoi ils sont dans ce marasme. Ce n'est pas toujours à cause des autres quand on fait 3 ou 4 % à la présidentielle après avoir 20 % dans les années 70. Quelque chose a bien changé dans la société pour qu'elle rejette massivement la solution marxiste comme moyen d'accès à un meilleur bien-être. La roublardise de Mitterrand n'explique pas tout. Et si tout simplement la société s'était rendu compte de la supercherie. 

La difficulté pour qui s'intéresse à la chose politique est d'essayer de dire ce que l'on pense sans être partisan c'est à dire sans provoquer un rejet de la part d'un lecteur qui ne serait pas respecté dans sa capacité à réfléchir et à comprendre. Je prends des gants. Mieux vaut prévenir que guérir. 

La politique à gauche est illisible parce que tout le monde parle, le message n'est plus clair; il est de bonne guerre de se critiquer entre factions rivales. C'est pas cool un mec ou une fille de gauche, et quelqu'un engagé en politique en général, les discussions durent jusqu'au bout de la nuit. Ce sont des mordus, il faut y aller, il est plus que temps, vous allez voir ce que vous allez voir.

Que les gens de gauche apprennent à être zen à se poser et à se dire : en quoi j'ai tort dans ce que je pense et dans ce que je dis. Pour cela il faut accepter de recevoir la parole d'autrui comme aussi juste que la sienne parce que les motivations du camp d'en face à agir pour le bien commun sont aussi sincères. S'ils  n'en sont pas convaincus, qu'ils l'acceptent par principe et par application des bonnes techniques relationnelles.

La culture du conflit a mené la gauche de la gauche à l'échec parce qu'elle veut faire de ses électeurs des résistants à la société soit disant verminée par l'injustice alors que les citoyens aspirent à la tranquilité dans une société qui leur a apporté un certain confort matériel, l'accès aux études pour les enfants, l'accès aux biens d'équipement naguère réservé aux classes supérieures. L'engagement inconditionnel à gauche pour toutes les causes est incohérent pour la majorité de la population dans une société ouverte. La générosité ne doit pas exister au détriment de sa propre identité. Dans l'esprit commun, les gens de gauche représentent la prodigalité de l'Etat au delà du raisonnable. L'Etat pour avoir la tranquillité face aux revendications a souvent bridé son action et a souvent payé. La France a un nombre de fonctionnaires comparable à ceux des pays scandinaves alors que leur rigueur budgétaire est incomparable à celle de la France. On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. La couardise des responsables politiques et l'archaïsme de notre système administratif où les hauts fonctionnaires font la loi à la place des ministres nous a couté bien cher. 

La gauche est associée à la dette et aux grèves. 

La diminution de la dette est une priorité pour les Français à 81 % en 2013. Chiffres de PewglobalLe Keynésianisme est désavoué.  La croissance par l'endettement est désavouée.

L'engagement dans la grève de quelques uns au nom de tous est considéré  comme une tromperie. Le combat de quelques uns qui se sacrifient au nom de tous est un discours usé.  La grève est un mode de revendication sociale archaïque, socialement mortifère. Difficile d'y voir clair dans les chiffres sur les jours de grève en France. Le sujet est sensible.

On compare toujours la France aux autres pays d'Europe pour savoir comment on se place par rapport aux autres alors que se comparer à l'Allemagne pour savoir si la France est pro-grève n'a pas de sens. On ne compare pas les choux et les carottes. Cela prouve une incapacité de notre pays à se comprendre et à se voir tel qu'il est. On manque souvent d'outils pour bien réfléchir en raison de cette culture d'opposition. L'autre à tort par principe et sur le plan de l'élaboration d'un savoir collectif, c'est une hérésie. La gauche à gauche, dissociée, est particulièrement représentative de cet état d'esprit et en paye les conséquences.

Pour un peu, ils feraient presque pitié à l'extrème gauche comme un courant politique faisant maintenant partie de l'histoire.

Rajout du 25/07

Le retrait de Mélenchon me fait penser au retrait de Besancenot de Mai 2011. Ils s'épuisent, une fois que les médias en ont fait le tour, laminés par les chiffres, ils quittent la scène. La logique médiatique n'est pas celle des urnes. Si on est beaucoup demandé par les médias qui vont exposer et détruire, il s'agit de se poser la question des urnes. Sous quelle forme l'engagement va-il ressurgir si le chemin des urnes est bouché ? N'y a -t-il pas la tentation de sauver la société d'elle même en actionnant des relais moins visibles et moins officiels, en durcissant l'action locale. Je me demande s'il y a un rapport de cause à effets entre l'échec aux européennes et la grève des cheminots. 

Rajout du 4/08/2014

Les Français sont plus germanophiles qu'europhiles, et si la dérive à droite de la France était plus le résutat d'une mise à niveau européenne qu'un phénomène proprement Français ? Je dis une mise à niveau parce que les allemands en adoptant un smic sont un peu venus vers nous.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents